Biographie

Maire de Boussy-Saint-Antoine depuis 2008 et Député de la 9e circonscription de l'Essonne depuis le 4 juillet 2014 ...

En savoir plus

Circonscription

De la Seine à l'Yerres en passant par la Forêt de Sénart, découvrez notre circonscription et les 4 cantons ...

En savoir plus

L’équipe

Pour coordonner ses actions à l'Assemblée Nationale et en circonscription, je m’appuie sur mon équipe parlementaire ...

En savoir plus

Me contacter

Je suis votre élu. Je reçois sur rendez-vous à l’Assemblée nationale ou aux permanences que j’assure chaque semaine ...

En savoir plus

Newsletter

Inscrivez-vous à ma lettre d'information pour vous suivre mon actualité à l’Assemblée et en circonscription ...

En savoir plus

Un seul 8 mars… et 364 jours de combat quotidien

En ce 8 mars 2017, nous célébrons la 116ème Journée Internationale de lutte pour les Droits des Femmes.

Datée de 1910 et de la décision de l’Internationale socialiste d’instaurer ce que l’on appelait alors une "Journée internationale des femmes", elle rappelle chaque année que les progrès dans la lutte pour une stricte égalité entre les femmes et les hommes ne doivent masquer les nombreux combats restant à mener, en France comme dans le Monde.

Aujourd’hui encore, l’écart salarial entre les hommes et les femmes, dans le secteur privé et les entreprises publiques est de 19% et atteint 26% lorsque l’on prend en compte les emplois à temps partiel, dont 82% sont occupés par des femmes. Selon un rapport de la Direction de la Recherche, des Etudes, de l’Evaluation et des Statistiques (Drees) réalisé en 2013, tous régimes confondus, les femmes perçoivent en moyenne des pensions retraites 40% inférieures à celles que perçoivent les retraités.

La parité doit encore progresser : seules 27% des parlementaires sont des femmes (sénatrices et députées) et 16% sont maires quand seul 1/3 des dirigeants d’entreprises sont des femmes fin 2012.

Enfin, il faut rappeler avec force que les violences faites aux femmes continuent chaque jour à détruire des vies : une femme est violée toutes les 8 minutes et une décède tous les 2,7 jours sous les coups de son conjoint. Par ailleurs, le harcèlement sexuel au travail touche près d’1/5ème des femmes actives. Ces agissements ne débouchent que sur 10 à 15% de plaintes.

Face à une situation qui démontre des inégalités protéiformes, la majorité de gauche au Parlement, sous l’impulsion de la Délégation aux Droits des femmes, créée à cet effet, a beaucoup œuvré depuis 2012.

S’agissant de l’égalité professionnelle et salariale, un plan d’action pour l’égalité professionnelle a été ratifié par près de 70% des entreprises de plus de 1000 salarié-e-s et un plan "Entrepreneuriat au féminin" a été mis en œuvre pour faciliter l’accès au crédit et l’accompagnement des femmes créatrices avec pour objectif de passer de 30 à 40% de femmes parmi les créateurs-trices.

La validation des trimestres de retraite pour les salarié-e-s à temps partiel se fait désormais dès la réalisation de 150 heures de travail par trimestre et va de pair avec l’augmentation du minimum vieillesse pour 500 000 bénéficiaires – dont 56% de femmes - à 800€.

Pour améliorer l’articulation entre vie personnelle et professionnelle, l’objectif de création de 275 000 places de d’accueil des jeunes enfants, dont 100 000 en crèche a été réaffirmé ; l’autorisation d’absence pour le ou la conjoint-e salarié-e des femmes enceintes afin de pouvoir assister aux échographies a été votée ; enfin pour soutenir les familles monoparentales – dont le parent est dans 82% des cas une femme – la garantie contre les impayés de pensions alimentaires (GIPA) a été généralisée dès le 1er avril 2016.

Nous avons, par ailleurs, permis à la parité – prise en compte dès la composition du gouvernement et la création d‘un Ministère entièrement dédié aux droits des femmes – de progresser significativement, tant dans nos institutions que dans le monde professionnel.

Ainsi, il y a dorénavant 50% de femmes dans les Conseils départementaux ainsi que dans leurs exécutifs, contre 13% auparavant. Cette même loi du 17 mai 2013 a étendu la parité aux communes de plus de 1000 habitants – près de 16 000 conseillères municipales ont été élues suites aux scrutins de mars 2014 – et, mécaniquement, aux intercommunalités et celle du 4 août 2014 double les pénalités pour les partis politiques qui ne respecteraient pas la parité dans le cadre des prochaines élections législatives.

Dans le monde professionnel, le seuil de 30% de femmes dans les conseils d’administration des grandes entreprises a été dépassé en 2014. L’écart demande encore des efforts mais ce chiffre fait d’ores et déjà de la France le pays de l’UE le plus avancé en la matière. Plusieurs lois votées sous la présente législature ont, en outre, permis d’instaurer un égal accès des femmes et des hommes aux commissions ainsi qu’aux instances de gouvernance et consultative d’un certain nombre d’organismes décisionnaires (Banque de France, Agences régionales de santé, etc).

En matière de lutte contre les violences faites aux femmes, un protocole a été établi pour réaffirmer le principe du dépôt de plainte et améliorer les réponse apportées à toute femme victime de violence, accompagnées pour cela de l’augmentation du nombre d’intervenants sociaux en commissariat et gendarmerie et de la formation de 200 000 professionnel-le-s dans la police/gendarmerie, la justice et la santé.

1 650 solutions d’hébergement d’urgence supplémentaires ont, de plus, été créées.

Pour lutter contre le harcèlement – dont il faut rappeler qu’il a été l’objet de la première loi adoptée du quinquennat – la loi Egalité et citoyenneté a inscrit le sexisme comme circonstance aggravante de tous les crimes et délits au même titre que le racisme et l’homophobie, la lutte contre le cyber-harcèlement a été renforcée et un Plan national contre le harcèlement sexuel dans les transports a été présenté en 2015.

Ces mesures fortes nous rappelles qu’à l’international aussi, l’accès des femmes à l’éducation, à l’indépendance, au pouvoir politique, que la lutte contre l’excision, les mariages forcés sont des combats que nous avons engagés et qu’il nous convient de poursuivre et de renforcer. Cela passe notamment par l’augmentation du budget de l’Aide Publique au Développement que nous avons voté en décembre dernier.

Fier d’avoir activement contribué à ces avancées – qui ne doivent sous aucun prétexte amoindrir le combat qui reste à mener – je le suis tout autant de rencontrer régulièrement et de pouvoir aider grâce à ma réserve parlementaire les actrices et acteurs de notre circonscription qui œuvrent sans relâche pour que les femmes et les hommes puissent enfin de bénéficier des mêmes droits.

Je pense notamment au Mouvement du Nid, à Léa – Aide aux femmes victimes de violences et à l’association Elles réussissent, qui promeut l’entrepreneuriat aux féminin.

Et je pense évidemment aussi à l’ensemble de nos concitotyen-ne-s qui, quotidiennement, en faisant vivre les droits humains, participent à leur échelle à effacer les stigmates et stéréotypes hérités des siècles passés.  

 

lien parti socialistelien Assemblée nationale

Assemblée nationale

Le site de l'Assemblée nationale